Ecrivain ou écrivant

Aujourd’hui, dans la Masterclass d’Éric-Emmanuel Schmidt, nous étions invités à réfléchir sur les notions d’« écrivain » et d’« écrivant ».

Pour ma part, j’ai préféré transposer la problématique à écrivain et rédacteur.

Tandis que le rédacteur se concentre (à juste titre) sur la qualité du contenu en tant qu’information complète et exacte, l’écrivain joue avec les mots, mais pas seulement pour jouer.

L’idée, pour un écrivain, est de transmettre une atmosphère, donner à un texte sa substantifique moelle. Permettre au lecteur d’atteindre l’essence du texte. 

Il s’agit avec quelques lettres et tournures de déposer une émotion sur une petite note de musique pour la faire voyager jusque dans le cœur du lecteur.

L’écrivain se donne tout entier à son texte, il l’imprègne de son existence.

Il choisit le plus beau chemin possible pour faire voyager le lecteur jusqu’au plus profond du texte.

Le rédacteur va au plus précis en respectant la ligne éditoriale du site Internet pour lequel il écrit. Son but est de fournir un contenu de qualité qui sera bien référencé par Google.

Illustration par la recette de tarte au fraises :

À prévoir : farine, sucre, beurre, une pincée de sel. Préparer la pâte sablée, puis la laisser reposer 20 à 30 mn au frais. 

Que tes petites mains frêles, mon enfant, s’emparent de ce que la terre nous a donné de meilleur. Farine, cadeau du blé, source de vie qui a grandi entre les chauds rayons de soleil et les pluies affolantes. Farine, laisse toi caresser par ces petits doigts dodus et maladroits. Invite tes amis, le sucre et sa vitalité, le beurre descendant du pis de sa mère, œufs offerts par Mère Poule.

La mer, elle aussi, t’apportera sa petite touche salée, par une petite pincée.

Amusez-vous, enlacez-vous, jouez, riez !

Après, mon enfant, tu laisseras tes amis se repaître de ce moment de complicité, tu les laisseras reprendre des forces. Il en sortira une merveille dont tu n’as pas idée !

Pendant ce temps, préparer la crème pâtissière  (avec du lait) puis la laisser refroidir.

Sans faire de bruit, à l’aide d’un petit fouet, tu ouvriras une nouvelle danse dans laquelle tu inviteras un litre de lait. Et là, tu découvriras qu’avec les mêmes amis, tu peux rentrer dans un tout autre jeu, une toute autre ronde.

Bats, tourne, blanchis, chauffe !! Fais-les vivre, fais-les valser ! Et, là encore, laisse-les se reposer !

Préchauffer le four à feu moyen (180°). Étaler la pâte sur un plan fariné. La pâte sablée étant fragile, utiliser le rouleau à pâtisserie et l’étaler au fond du moule.

Réchauffe le cœur de ta cuisine. Dépose délicatement ton œuvre au creux de cette chaleur. Porte-la à bout de doigts, toute fragile qu’elle est ! Fais de ta main un petit nid douillet pour la transporter et la réchauffer.

La cuire pendant 15 mn environ, toujours  à 180°. La laisser refroidir sur une grille.

Et là, miracle ! Ton petit chef d’œuvre va se nourrir de cette chaleur pour prendre force et vitalité. Mais surveille bien l’horloge au risque de tout perdre et tout rater.

Laver les fraises rapidement, les égoutter.

Cherche auprès de Dame nature, les plus beaux fruits que tu trouveras mûrs ! Leur couleur va faire chanter ta création. Abreuve-les d’une eau fraîche et pure. Puis laisse-les sécher.

Quand le fond de tarte est refroidi, étaler  la crème pâtissière dessus et y déposer les fraises en rang serré.

Avant de les déposer, assure-toi que ta pâte y soit disposée et étale la crème comme tu caresserais la joue d’un nouveau-né. Mets-y soin et légèreté. Après seulement, place joliment ta cueillette et devant tes yeux, le spectacle de la ronde finale peut commencer.

Dégustez !

Un peu de patience, d’admiration et  embarque pour le voyage de la dégustation !

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.