Mon roman HAUT LES CŒURS

Roman écrit juste pour le plaisir d’écrire…

 

 

Les destins croisés de trois amies , chacune dans une période compliquée de sa vie…

Partez en voyage avec Margot, Laurette et Clara. Par leurs caractères antagonistes et leur joie de vivre, vos nouvelles amies vont vous embarquer dans une aventure aussi rythmée que surprenante et émouvante.

Ce roman feel-good ne vous laissera que bonne humeur,  amour de la vie  et espoir  dans l’humanité.

 

 

 

Tandis que Margot commence un nouveau job et que Clara voit sa vie personnelle s’effondrer, Laurette, quant à elle, doit relever le plus grand défi de sa vie. Chacune, à sa manière, va devoir avancer contre vents et marées avec comme principal atout, la force de l’amitié. Vont-elles en sortir indemnes ?

A laquelle de ces trois femmes allez-vous vous identifier ?

Quel va être votre personnage préféré ? Philippe, l’éternel solide ? Lucas le ténébreux charmeur, qui ne comprend pas grand-chose aux femmes, JB l’insouciant manipulé, ou Petit Ours Blanc ? Tous incarnent des héros d’aujourd’hui, courageux, sensibles et humains.

 

Chapitre I

« Nous serons donc enchantés de vous accueillir au sein de notre équipe, Margot. Alors à lundi matin, huit heures trente précises ».

« Très bien, à lundi » eut juste le temps de répondre Margot alors même que son interlocutrice avait déjà raccroché.

Tout était allé très vite. Une semaine auparavant, elle arpentait le Guérande intra muros, petite cité médiévale, non loin de La Baule, ses murs de pierre ruisselants d’une pluie fine, ses pavés glissants alors qu’elle avait chaussé ses souliers spéciaux « entretien d’embauche » dans lesquels elle n’était pas très à l’aise mais qui mettaient son tailleur noir en valeur et affirmaient sa silhouette, en lui donnant une allure citadine. Elle recherchait, parmi toutes les petites rues pavées, celle où régnait la maison avec les « superbes colombages bleus» que lui avait indiquée son futur employeur. Le vent, encore glacial malgré le printemps avançant, lui faisait pleurer les yeux et mettait à mal son rimmel qu’elle avait maladroitement appliqué. Elle était en avance de toute façon et décida, après avoir repéré les lieux, d’aller prendre un café pour se détendre. Elle s’installa donc à l’intérieur, trop frileuse pour apprécier la terrasse. Elle en profiterait pour se réchauffer et peaufiner le discours  qu’elle allait tenir. Elle voulait reprendre le travail après un break de quelques mois avec ses enfants, était prête à ne plus parler les langues étrangères dans le cadre du travail au profit d’intégrer une petite entreprise familiale et ne pas retomber dans les multinationales où chaque personne ne se sent pas plus valorisée qu’un numéro dans une salle d’attente de la CPAM. Elle resta un moment à contempler la place principale, sa fontaine, la fameuse chocolaterie Dousset, ses sculptures de bronze un peu atypiques. Elle termina son café sans oublier la dernière goutte, la meilleure, celle où reste toute la mousse de l’expresso. Quinze heures allaient sonner à l’horloge de la collégiale St Aubin et la ponctualité était une de ses caractéristiques auxquelles elle ne pouvait pas déroger. Elle s’approcha du grand portail derrière lequel on pouvait tout imaginer… sonna. On lui ouvrit et elle pénétra dans une enceinte de maison en travaux. C’était une de ces maisons bourgeoises, toute de pierre vêtue, que l’on ne peut admirer qu’après avoir franchi le portail, symbole de la limite psychologique autorisée par le propriétaire. On l’accompagna à l’intérieur, un couloir, une vieille et minuscule cuisine puis enfin une grande pièce avec quatre ou cinq jeunes filles derrière leur écran qu’elle eut à peine le temps d’apercevoir avant d’atteindre le bureau de la Direction. L’entretien s’annonça très prometteur, le courant passant très bien entre la Directrice et Margot, chaque argument s’enchaînait logiquement et la sincérité faisant le reste, il s’avéra que la personnalité de Margot correspondait parfaitement aux attentes de la Direction.

Lire plus

Si vous souhaitez acheter la version complète numérique (9€) ou papier (15€), contactez-moi au 06.14.38.60.09 ou mailto:contact@christellelorant.fr 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

2 commentaires sur “Mon roman HAUT LES CŒURS”